“Car tel est notre bon plaisir”

10 de mayo de 2011 | Por | Categoría: Viajes

Por Antonio Martínez.

Le roi François premier est l’auteur de cette formule qui s’emploie dans la plupart des Édits ou lettres royaux  jusqu’à la fin du XVIII siècle.

Cette formule blessante, et justement décriée, se retrouverait non seulement au bas de simples Lettres patentes constatant des actes de la juridiction gracieuse et bienveillante, telles que les anoblissements et le concessions de titres nobiliaires, attribut exclusif  et bien légitime de la souveraineté.  Elle  était inscrite aussi en bas des actes les plus graves, les plus solennels, de l’objet le plus général et d’un intérêt public, car l’expression de Lettres Royaux désigne les édits, les Ordonnances et les Déclarations, c’est-à-dire les Lois mêmes de l’État.



Deja un comentario